La MDPH a pour objectif d’ouvrir des droits et non d’en supprimer

La première cause de discrimination concerne le handicap en France, et cette discrimination commence à l’école.

La MDPH a pour objectif d’ouvrir des droits et non d’en supprimer. 

Alors que je pensais à tord, que la MDPH pouvait arbitrer et avait un droit de regard sur notre situation, comme l’intégration de mon enfant à l’école, je viens d’apprendre que La MDPH a pour objectif d’ouvrir des droits et non d’en supprimer. En fait, l’administration avait réussi à me faire croire qu’ à cause de son handicap, la société (la mairie, l’école, la MDPH, etc.) pouvait décider si  elle allait bien vouloir intégrer mon enfant. Or c’est un droit fondamental, pas un service, pas une concession et l’entrée à l’école ne doit en aucun cas faire l’objet de refus. Nos enfants sont des « enfants du territoire » ils ont les même droit que les autres.

Alors ça paraît idiot mais il faut remettre les choses dans leur contexte et garder ça en tête pour toute demande ou inscription administrative : Il y a le droit commun qui est applicable à tous, même aux personnes avec handicap. Afin de permettre leur inclusion au même titre que les autres, il existe donc la MDPH qui est sensée ouvrir des droits spécifiques lorsque la situation l’exige. On passe alors de la notion d’égalité à celle d’équité. Il faut ouvrir des droits spécifiques pour justement permettre à ses personnes de bénéficier d’une aide particulière à cause de son handicap.

Même si cela va de soi, pour ma part et forte de mon expérience fâcheuse en terme d’inclusion, l’administration m’avait fait croire le contraire. La MDPH ayant refusé en nombre l’intégration de milliers d’enfants, dont le mien, j’avoue que je pensais que c’était légal, alors qu’il n ‘en est rien. Et si nous étions procédurier procéduriers  comme nos amis Américains, la situation actuelle en France ne serait pas la même. Mais nous sommes révolutionnaires, on ne peut pas être partout.

Ainsi malgré les textes législatifs comme la constitution de 1958 complétée par la loi de 2005, rien n’est en place de manière effective. Et il est très difficile de travailler dans un contexte où tout existe sur le papier, tout est prévu (même les litiges en cas de non respect).

L’organisation administrative prévoit donc l’accueil des enfants porteur de handicap et pourtant des milliers d’enfants sont en attente de scolarisation faute d’accord de la part de la MDPH. Et les parents, qui doivent gérer handicap, fratrie, quotidien particulièrement difficile s’épuisent à essayer de faire appliquer les droits pour leurs enfants.

Il y a donc un vrai travail de pédagogie à faire auprès des familles, mais également auprès des MDPH, Directeurs d’établissement scolaires, Enseignants, Médecins, PMI etc. sur ce qui relève du droit commun et du droit spécifique en vertu de la loi de 2005.

La base du dispositif d’inclusion du handicap n’est pas du tout compris ni intégré donc pas mis en œuvre (ni par les MDPH, ni par les Ecoles, les centres de loisirs etc)

Par ailleurs, le fait qu’un établissement scolaire ne soit pas accessible aux personnes handicapées, ne doit pas être un frein pour la scolarisation. Il appartient au maire de prendre toutes les mesures et d’accompagner financièrement l’accès à l’école pour l’enfant à défaut de l’accompagner matériellement.

Concernant le parcours administratif pour l’inscription à l’école j’ai aussi découvert quelque chose.  Cette démarche est mal connue de la part des parents ayant un enfant avec handicap pourtant elle relève du droit commun : il faut inscrire son enfant à l’école de référence dont il dépend, et ce même si le service éducation de la marie fait penser le contraire et même s’il est inscrit ailleurs, dans un établissement spécialisé. De mon côté, puisque mon fils est pris en charge en hôpital de jour, je ne savais pas qu’il fallait que je fasse l’inscription auprès de la mairie. Il faut que le Maire de ma ville soit au courant que sur son territoire, un enfant en situation de handicap n’est pas scolarisé.  Ne serait-ce que par rapport aux chiffres : il est important de savoir combien d’enfants porteurs de handicap ne sont pas scolarisés. On est donc face à un eNorme problème d’information et face au manque d’information, les parents sont susceptibles de passer à côté de quelque chose, prendre de mauvaise décisions et facilement «  laisser tomber » face à la lourdeur administrative.

handicap, retard de développement, hors norme, réseau parents d’enfants différents, autisme, autiste, besoin spécifiques , errance diagnostic,  retard des acquisitions inexpliqué ,maladie rare,  maladie génétique,  Reseau eNorme, Parents Différents, Hors norme,  enfant différent, autisme, autiste inclusion

handicap, retard de développement, hors norme, réseau parents d’enfants différents, autisme, autiste, besoin spécifiques , errance diagnostic,  retard des acquisitions inexpliqué , maladie rare,  maladie génétique,  Reseau eNorme, Parents Différents, Hors norme,  enfant différent, autisme, autiste inclusion

 

No Comments

Post A Comment