Rachel, maman eXtraordinaire victime de l’administration

 

 

Ce film retrace le combat surréaliste de Rachel, maman extraordinaire, obligée de vivre séparée de ses 3 enfants depuis 2015, à cause d’une  décision (erreur) judiciaire.
Une maltraitance institutionnelle vécue par des milliers d’autres familles en France due notamment à une méconnaissance de l’autisme chez les médecins, travailleurs sociaux et la justice.

 

désordre alimentaire
inhibition
tristesse
replis sur soi
language enfantin
arrêt du jeu
agressivité
automutilation
language évoquant une hypermaturité
rituels obsessionnels
troubles du sommeil
paralysie devant toute autorité
refus de se déshabiller
énurésie
fugue
Vous pensez aux signes de l’autisme?  Et non, il s’agit des signes évoquants la maltraitance. «C’est souvent confondu, mais c’est de bonne foi puisqu’ils ne sont pas formés au fait qu’ils peuvent être aussi des signes de l’autisme».

 

Je n’ai pas pu m’empêcher de faire des parallèles entre l’histoire de Rachel et la mienne.
Comme Rachel, moi aussi mon petit garçon est en errance de diagnostic, et moi aussi il est prise en charge dans un hôpital de jour. Moi aussi on a dit que j’étais une mère fusionnelle avec mon fils. Je me souviens d’une arrivée pour le déposer, avec lui dans les bras, toujours très hypotonique, le psychiatre me dit que je ne laisse pas mon fils s’ouvrir au monde extérieur et que je suis trop enveloppante avec lui. Encore aujourd’hui on entend des absurdités ou des propos culpabilisants, mais chemin faisant, on en rigole… Ce qu’on ne sait pas c’est que cela aurait pu être vraiment grave. Nous qui, comme Rachel, essayons de trouver des solutions pour améliorer notre situation, nous avons pris des risques en frappant aux portes de l’hôpital de jour et surtout au sein de l’ASE. Heureusement, nous n’avons pas rencontré de personnes malveillantes mais je pense très fort à Rachel qui n’a pas eu cette chance.

 

 

Aucun commentaires

Publier un commentaire